écrire, photographier, passer ?

Publié le par Jissey.Moro

Photographier pour tuer le temps,

l'arrêter, le fixer dans un espace

délimité, un cadre.

Donner une forme à l'oubli ?

Peut-être.

Retrouver après coup l'éblouissement

de l'image saisie à un moment donné.Calla-Lily-6049.JPG

Ou que l'on croit avoir saisi.

Il y a toujours un écart.

Ce qui est montré n'est jamais vraiment ce qui est vu.

Toute photographie est donc ratée.

Peut-être est-ce cet espace vide, ce ratage

qui  pousse à photographier de nouveau. 

Calla-Lily-6056.JPG

Ecrire serait alors une forme d'épreuve de rattrapage

d'écho, de prolongement de cette impression,

une manière de se demander après coup,

est-ce que cela a bien été ?

Tout aussi illisoire.

Les mots échouent aussi lamentablement que les images;

seul restent quelques galets anonymes posés sur un chemin.

Qui passe. Qui passe ?

"Ce n'est pas le temps qui passe assure

le philosophe, c'est nous qui passons".

Commenter cet article