fausse maneuvre

Publié le par Jissey.Moro

Brise solaire de fin de journée,

un ange de compagnie, au sourire immuable,

suspendu à son trapèze d'acier.

Glissades ludiques, amnésiques.

Illusion fluide et brève;

temps jeune fille suspendu

comme celle-ci à son fil,

cheveux au vent, qui se désole

de chacune de ses supposées fausses manoeuvres.

Ses deux garçons, au loin, jouent aussi avec la brise

sur leurs coques synthétiques.

Brise de plus en plus fraîche

sensations de plus en plus fortes.

Le soleil rase l'eau.

Les embruns tièdes éclaboussent

les corps humides dans leurs combinaisons.

la course folle pourrait durer semble-t-il

jusqu'à la nuit.

La vitesse pulvérise le temps.

Les accélérations poussent à chercher

des sensations plus fortes...

à rattraper les vagues.

L'une d'elles, vicieuse, croisée,

interrompt le rêve.

L'ange acrobate, désolé, s'envole

et chute sur la voile rose et bleue

qui se balance entre deux eaux.

Le barreur tout aussi surpris,

s'envole et atterrit  sur l'ange

qui se désole.

Le barreur sait qu'il ne pourra redresser le bateau sans aide.

Son pied, curieusement oblique à l'extrémité de sa jambe

ne  répond plus et gonfle dans son chausson.

Malléole... Malléole quel vilain mot

pour un si bel envol,

il agite son pied au dessus de l'eau

pour tenter d'indiquer sa détresse

à un possible secours.

Quelques minutes plus tard,

curieux rappel des générations,

c'est son propre fils,

efficace et déterminé 

qui le repêche,

et le reconduit vers le bord

pour le livrer aux pompiers.

Pendant que l'ange désolé fait des cauchemars

le barreur découvre les joies des urgences et de l'anesthésie.

Même au plus profond de son sommeil curarisé,

il continue de rêver

qu'il glisse sur l'eau sur une coque,

entre deux îles.

Le réveil se chargera de lui rappeler

qu'il est plus lourd de quelques clous inoxydables

et qu'il ne doit pas poser le pied au sol pendant quarante cinq jours..

les-improbables-7269.JPG

Dans le silence de l'aube,

à l'écart de toute terre,

rien n'est plus énigmatique

que ces plumes

oubliées par les anges de la nuit

à la surface de l'océan.

Commenter cet article