Pop-art en république bananière.

Publié le par Jissey.Moro

Chacun se souvient (ou a oublié)

la banane d'Andie Warhol

pour l'album de Velvet-Underground.

"Peel it slowly and see"...

C'était bien.

Ça date un peu.

La question qui se posait était celle d'imaginer

ce qui se passait sous la peau de la banane.

Pop-art, quoi !!!

les-improbables-8654.JPG

On prend ou non.

C'était original. Du jamais vu en 1967.

Le réel faisait intrusion non seulement pour dénoncer

une imposture de l'art,

mais pour créer un instant de flou dans la lecture,

inciter le spectateur à se poser la question:

qu'y a-t-il derrière ça ?

 

 

les-improbables-8677.JPG

En 2010 la banane revient en force,

se veut objet cul-te. Clin d'oeil?

Si au moins...

Un  chanteur du commerce

propose ces jours-çi

une pâle ritournelle

en hommage ??? 

au fruit tropical

jadis immortalisé par Warhol.

Est-ce bien utile ?

Est-ce bien nécessaire ?

Le propre de l'espace artistique est de se situer au delà.

Au delà, oui, mais en deça ???

Ceci étant nous avons l'art que nous méritons.

A république bananière,

art bananier...

 

2010_09_281.jpg

On s'agite, on s'exhibe,

on parade bec en l'air, bijoux au vent,

au risque de glisser un jour.

2010_09_28.jpg

On nous vante le goût sucré, vitaminé de la banane,

on se déhanche, en faisant claquer les perles

mais on s'interroge toujours sur ce que cache

la peau mouchetée de ce fruit des îles.

Et s'il s'agissait simplement d'une carotte . 

Commenter cet article